Un long week-end à Tunis

Vous trouverez des aperçus de l’élégant Paris dans la capitale de la Tunisie, mais ce sont les souks, les minarets et les anciennes villes satellites en ruine qui parlent d’une époque où ce coin de l’Afrique dominait la Méditerranée
Delfino

L’un des problèmes avec les mauvaises nouvelles est que, généralement, il traîne avec plus d’obstination que son homologue positif. Alors que les attentats terroristes de 2015 en Tunisie ont été des actes de violence effroyables, leurs taches ont dépassé de loin les avertissements de voyage qui ont suivi. L’avis du Foreign & Commonwealth Office (FCO) contre les voyages dans le pays a été annulé en août dernier – mais les sourcils sont toujours soulevés à la suggestion d’agence de voyage CTM.

Alors, est-ce sécuritaire de visiter? Ici, la Tunisie pourrait hausser les sourcils et se demander si vous dirigeriez la même question de Paris, Berlin, Londres ou New York – qui ont tous été victimes des mêmes horreurs. La Tunisie a longtemps été un choix fiable pour les vacances à la plage, mais cela a généralement négligé les autres vertus de la Tunisie comme destination – les sites historiques, les échos des cultures étrangères, ses étendues sauvages du désert du Sahara , les souks de la Médina, la dextérité exotique de sa nourriture.

A l’heure où l’Egypte est encore (partiellement) dans les mauvais livres du FCO, un long week-end à Tunis mérite d’être revu pour ceux qui sont intéressés à visiter un coin vivant de l’Afrique du Nord. Comme il occupe le même fuseau horaire que le Royaume-Uni et que les vols vers la capitale tunisienne prennent un peu plus de trois heures, c’est une option plausible pour un long week-end.

Théâtre pur

Le troisième siècle (AD) amphithéâtre romain à El Djem est sans doute plus frappant que son cousin dans la capitale italienne. Certes, il est plus petit que le Colisée (à son apogée, il a tenu 35 000 spectateurs), mais vous pouvez toujours monter à travers les gradins, et le faire avec seulement une fraction de la foule que vous attendez de la Ville éternelle. Accessible par excursion d’une journée depuis Tunis; Viator propose des visites à partir de £ 93.

L’élégance ancestrale

Au IIe siècle av. J.-C., le prédécesseur de Tunis, Carthage, était l’une des villes les plus importantes de la Méditerranée, assez puissante pour attirer l’hostilité de l’empire sur l’eau. Sa destruction par Rome en 146 avant JC était presque totale, et les principaux sites archéologiques qui ont survécu ont été construits par les conquérants, mais le musée du Bardo garde les braises carthaginoises rayonnantes de grandes mosaïques et de statues.

Dit et fait

Situé à 12 miles au nord-est de Tunis, Sidi Bou Said est la Tunisie à son plus accrocheur. Niché sur une colline au-dessus de la mer, il s’accroche à une palette de couleurs de murs blanchis à la chaux, avec des portes bleues et des cadres de fenêtres. Il offre une vue imprenable sur les montagnes de l’Atlas au loin de la terrasse du Café des Délices et un hôtel de charme à l’Hôtel Bou Fares (à partir de £ 60).

Trois à essayer … Où rester

Royal Victoria

Situé sur la place de la Victoire, cette retraite quatre étoiles était autrefois l’ambassade britannique à Tunis. Il conserve une grandeur discernable dans 40 chambres et suites de décoration mauresque sophistiquée. Double les chambres à partir de £ 70 la nuit.

Regency Hotel

La plage est à environ 10 miles au nord du centre de Tunis, où la banlieue de Gammarth et La Marsa se rencontrent la Méditerranée. Le Regency Hotel, un établissement 4 étoiles, propose des chambres doubles à partir de 92 £ la nuit.

Delfino Beach Resort

Thomas Cook est retourné dans les stations balnéaires de Monastir et Hammamet en février. Un séjour de sept nuits en formule tout compris dans ce dernier en mai, au Delfino Beach Resort, au départ de Gatwick, commence à £ 421 par tête.

Esprit colonial

A mi-chemin de l’avenue Habib Bourguiba, la France et la Tunisie effectuent une valse. C’est une affaire hésitante d’étapes à moitié oubliées, mais chaque partenaire tient à garder son équilibre. Le premier est leader, projetant ses valeurs architecturales chrétiennes sur la rue principale de Tunis via la cathédrale de Saint Vincent de Paul – un chef-d’œuvre catholique, achevé en 1897, qui rappelle les 75 ans (1881-1956) où Paris dirigeait le pays. Mais ce dernier ne sera pas défilé sur le sol. Il ajoute un éclat à la routine directement en face dans la statue de granit d’Ibn Khaldun, un historien arabe fêté qui est né à Tunis en 1332.

Le message de la danse entre dans la gueule de la rue, où les cyclomoteurs bourdonnent et les voitures tournent au ralenti, alors que des taxis rayonnent ce jaune-beurre de nombreuses grandes villes.

Je ne suis pas choqué de voir cette culture s’affronter. La capitale tunisienne a été témoin de plusieurs nouveaux balais – les tribus berbères qui l’ont fondée au deuxième millénaire avant notre ère; les Romains qui l’ont détruit l’ont alors reconstruit; les colons arabes qui ont balayé en Afrique du Nord au huitième siècle AD; les Ottomans qui sont venus après; le français colonial. Toutes ces influences ne sont pas visibles à tous les coins de rue, mais elles sont ici en quelque sorte – et leur traction sur le tissu de la ville est incessante et passionnante. L’avenue Habib Bourguiba pourrait être les Champs-Élysées – longues colonnes d’arbres couvertes par le soleil, bijouteries arrachées dans de longues arcades – mais pour le rappel de la Tunisie, les klaxons klaxonnant dans un caillot de circulation, que la rue porte le nom de son ancien Président.

C’est une tapisserie qui demande une inspection plus attentive. Je me promène donc dans le labyrinthe de ruelles qui encadrent le Marché Central, la rue d’Allemagne et la rue d’Espagne, en restant fidèles à leur héritage européen, tout comme les étaleurs qui offrent des boisseaux et des dattes sur le marché sont fidèles à le monde arabe. Mais ce n’est que lorsque j’avance vers l’ouest sur la rue El-Mokhtar que j’entre pleinement dans ce dernier, la Médina marquant son territoire dans le fracas des marchands et colporteurs, une cacophonie soudaine – et la sauge et la menthe en poudreuse dans le Souk des Herbes. Rue El-Metihra. Je pousse plus loin, à travers Souk El-Blagdjia, un conte de fées de robes de mariées et de fleurs. Et je tombe sur la rue Jamaa ez Zitouna – où la mosquée Al-Zaytuna remonte au huitième siècle, son minaret de 141 pieds se dressant sur le fouillis à ses pieds. Ici enfin, Paris est banni.

Source: technicien serrurier Yvelines 78

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *